La boucle est bouclée

lundi 24 septembre 2012

Le grand départ

Chères familles, cher(e)s ami(e)s, mes chers Tim Tam aux m&m's et toi aussi lecteur letton,

Je vous annonce avec grande joie que je me casse ! Enfin, je quitte l'Australie ce jeudi 27 septembre 2012, à bord du CMA-CGM Matisse, fleuron de la marine marchande française. Au moins.
Le CMA-CGM Matisse, battant pavillon chypriote avec équipage international, 196 m de long, 30m de large, 20,5 nœud de moyenne, une piscine ! Formidable ! Une cabine de 22m² pour moi toute seule, quel bonheur ! Pendant 6 semaines ! Que demander de plus ? Des livres en pagaille et un disque dur externe rempli de films et de séries en tous genres. Un peu de chocolat aussi. Ben j'ai tout ça. Cloolsse.

faut ce qui faut ! (je pense acheter un 2ème seau de m&m's)
Itinéraire
Tout d'abord, nous stopperons deux fois en Nouvelle-Zélande, à Napier et Tauranga. Nous traverserons ensuite l'Océan Pacifique (ça va prendre du temps je pense) et le Canal du Panama ! (Ça va être quelque chose...) Escale à Manzanillo, je ne sais où, puis à Kingston en Jamaïque où à priori je ne pourrai pas descendre. Tant pis. Remontée des Etats-Unis avec arrêts à Savannah et Philadelphie. Traversée de l'Océan Atlantique, petit tour dans la mer du Nord avec escales à Tilbury, Rotterdam et enfin Dunkerque, arrivée prévue le 6 novembre 2012.

un peu de lecture
Termes et conditions du contrat
J'ai lu les 5 pages et je peux vous dire que parfois ça fout les jetons !
12.5 Le Transporteur se réserve le droit de refuser l'accès à bord d'un Passager, ou de le faire débarquer dans n'importe quel port, ou encore de le transférer d'une cabine à une autre, s'il considère que la présence dudit Passager pourrait, à son avis, être préjudiciable au confort, à l'agrément, à la sécurité des autres passagers ou de l'équipage, ou au bon ordre à bord. Dans tous ces cas, aucun montant du Prix du Passage dudit Passager ne lui sera remboursé et le Transporteur ne sera pas tenu responsable de la perte ou de la dépense occasionnée de ce fait au Passager.
13 Le Transporteur a un privilège sur les Bagages ainsi que le droit de vendre les Bagages soit par vente privée soir par vente aux enchères publiques pour toutes sommes qui pourraient être dues par le Passager au Transporteur au titre du présent contrat de transport, et pour tous les frais et dépenses engagés suite à l'exercice du privilège et de la vente, ainsi que pour toute dette de quelque nature que ce soit, due par le Passager au Transporteur.
14.2 Le Transporteur est responsable de la mort ou des blessures des Passagers causés par naufrage, abordage, échouement, explosion, incendie ou tout sinistre majeur sauf s'il prouve que l'accident n'est imputable ni à sa faute ni à celle de ses préposés, agissant dans le cadre de leurs fonctions.

la vegemite, c'est pour vous
J'oubliai presque, vous pouvez suivre le bateau à la trace sur http://www.marinetraffic.com/ais/fr/ Il suffit de taper le nom du cargo et le tour est joué ! Par contre, ne paniquez pas s'il n'apparaît pas, ça veut pas dire qu'il a heurté un iceberg. C'est juste que parfois on est hors réseau, comme SFR ou un truc comme ça.

samedi 22 septembre 2012

Et ouais !

Sous l'influence de m&m's au beurre de cacahuète et espérant une reconnaissance internationale et/ou un partenariat à vie avec la m&m's Company, j'ai inscrit mon blog aux Golden Blog Awards. Je sais, c'est terrible...
Je vous ordonne donc de voter pour ce blog tous les jours, que vous le vouliez ou non, en cliquant ici http://www.golden-blog-awards.fr/blogs/c-est-cloolsse.html et après vous cliquez sur "Voter !".

En réalité, c'est juste histoire de visiter les salons de l'Hôtel de ville de la Mairie de Paris. Mais si ça se trouve, je serai toujours sur le cargo le jour de la cérémonie ! Fichtre, que vais-je donc faire de ma robe spécialement achetée pour l'occasion ?!

Cookies aux m&m's


Ils sont pas bien gros les cookies et en plus les miens de cookies aux m&m's ils sont bien meilleurs ! 
Mais bon ça se mange quand même en 8 secondes 42...


ça y est, je crois que j'ai plus rien à dire sur les m&m's

jeudi 20 septembre 2012

Mots-clef (comme mon tonton !)

J'ai découvert un truc terrible en créant ce blog : le mode statistiques. Je peux voir combien de gens ont vu ce blog, d'où ils viennent et surtout les mots-clef tapés dans Google qui ont permis d'accéder au blog. Certains sont assez censés : cloolsse, australie, m&m's (beaucoup de référence aux m&m's je trouve). Mais alors d'autres me rendent vraiment perplexe. Attention, festival :
  • conduite accompagnée marrant
  • chaise cassée
  • blague charles attend
  • baleine tueuse
  • naruto drole avec de la bouffe
  • ancien catcheur cheveux longs lunettes
  • blog il ya des gens du monde entier a broome australie
et mon préféré (ex-aequo avec « chaise cassée »)
  • crocodile sncf
la preuve

Les lecteurs de ce blog sont assez éparpillés mondialement parlant. Certes la majorité vient de France, mais il y a également des lecteurs d'Allemagne, d'Italie, du Canada ; je sais exactement qui ils sont, et aussi des lecteurs en Australie. Mais, je ne sais comment, parfois il y a des gens qui se perdent, ils viennent de Lettonie, de Russie, ou de Chine, c'est marrant.

mercredi 19 septembre 2012

m&m's violet (encore)


C'est des m&m's dark chocolate. Un peu comme des smarties mais meilleurs.

lundi 17 septembre 2012

Tour d'Australie terminé !

oh, un possum ! Trop cloolsse, non?
Melbourne, retour au point de départ. Et devinez qui est là aussi ? Je vais vous donner un indice à la manière de mon ex-sœur par alliance « ça commence par Ma, ça finit par Thilde ». Et oui, après avoir trimé pendant 2 mois à Cooranga pour avoir droit à son second visa, Mathilde vient passer deux semaines de vacances à Melbourne avant de s'envoler pour la France. Je joue donc à la guide touristique, quelqu'un m'ayant récemment fait comprendre qu'il faudrait que je trouve un métier de reconversion.

ceci n'est pas la vue de la cuisine, mais la vue du 35ème
étage du Sofitel
Cette ville est toujours aussi chouette, mais malheureusement, je ne peux pas en dire autant de l'auberge dans laquelle j'étais il y a un an. Les choses changent, parfois en mal, tant pis, on n'y reste qu'une semaine. Pour la deuxième semaine, nous sommes devant un choix terrible : une auberge que tout le monde recommande, très beau bâtiment, ancien couvent, dans un super quartier, mais un peu loin du centre-ville, chère, salle commune en travaux et la cuisine trop petite et mal-foutue. L'autre auberge est à deux pas de la bibliothèque, un peu moins chère, avec salle de sport, salle de cinéma, lounge, terrasse sur le toit et surtout une cuisine de dingue avec vue mais c'est un grand bâtiment sans âme. La cuisine avec vue était quand même trop top. On s'est laissé avoir. On a atterri dans un dortoir avec 4 gars : un bestiau, mélange entre un buffle et un taureau, un petit chauve qui passait son temps sur son ordi, un irlandais qui ne se lavait pas très souvent et qui malheureusement ne lavait jamais ses chaussettes, et un franco-anglais guitariste au nom de constellation. Bref, c'était la zone, un bordel sans nom, presque aussi pire qu'un dortoir rempli d'anglaises. Sauf que là ça puait le bouc sévère. Mais sinon, les lits étaient trop tops, avec casier géant, table de nuit, prises, petite lumière et tout et tout. Du jamais vu quoi. L'autre problème majeur, c'est que cette auberge était beaucoup trop propre. Les types et filles en rouge nettoyaient tout, tout le temps, c'en était gênant. Imaginez un dimanche aprèm, peinard en train de regarder une série dans le lounge et la brigade rouge déboule pour shampouiner la moquette. Un matin, tu te poses dans la salle de ciné pour te réveiller gentiment et un type allume la lumière violente et nettoie je ne sais quoi. Le midi, t'essayes de manger au calme mais ça marche pas non plus, ils lavent les escaliers avec une machine qui fait un boucan d'enfer. Toujours en train de réparer un truc, de repeindre un mur, de laver une vitre, voire même les portes de l'ascenseur ! Putain les gars, faut s'arrêter de temps en temps, là ! Bref, c'était très étrange.

un des éléphants de Melbourne
Mais revenons à la ville. Figurez-vous qu'il y a des éléphants à Melbourne. Incroyable, n'est-il pas ? 50 précisément dispersés dans toute la ville, pour fêter les 150 ans du zoo si j'ai tout compris. Pas vivants, je précise pour les deux du fond. Des statues d'éléphants, décorés par différents artistes, c'est assez chouette. On en a vu une trentaine, je continue, j'en suis à 37, ça devient difficile de les trouver.
On est également allées voir les mini-pingouins à St Kilda, c'est toujours aussi génial les pingouins. J'ai essayé d'en kidnapper un mais j'ai échoué.
J'ai retrouvé mes repère hyper facilement, Melbourne je gère grave. J'aime vraiment beaucoup cette ville, la Yarra River, le quartier de Fitzroy trop cloolsse, les jardins botaniques avec ses black swans, et les rues du centre en long en large et en travers avec ses quelques ruelles taguées. Et surtout, je suis retournée dans mon magasin préféré de comics, quelle émotion !

toujours top ces panneaux !
Puis Mathilde est partie et j'ai déménagé, parce que la puanteur des chaussettes (ça sonne bien je trouve), ça ne dure qu'un temps. Il me restait une semaine à passer en Australie, à trouver des souvenirs et des m&m's. Mais en fait non, j'ai reçu mon billet de cargo et mon départ a été repoussé d'une semaine, pour le 26 septembre (arrivée prévue le 5 novembre). Soit 3 jours avant la fin de mon visa. Sachant que le départ peut encore être repoussé, j'ai un peu commencé à paniquer. Je suis allée au consulat français qui m'a renvoyée au Bureau de l'Immigration Australienne, j'ai exposé mon problème à 3 personnes différentes : au mauvais accueil (trompée d'étage), au bon accueil, au téléphone. Il faut que je fasse une demande de visa touriste. Soit. Je ne comprends rien à la tonne de paperasse que je dois remplir, mais ça va aller maintenant, il le faut de toute façon.

Melbourne de nuit
Je passe donc mes dernières semaines, un peu angoissée, en train de remplir des papiers, de trouver un traducteur pour traduire mon billet de cargo et de faire certifier mes copies par un vétérinaire. Vous en faites pas, je pense quand même aux souvenirs, je vous ramènerai de la Vegemite !

samedi 15 septembre 2012

jeudi 13 septembre 2012

Tchou-Tchou

J'ai encore pris le train ! Sauf que cette fois, il a vraiment roulé, il y a du progrès ! Long trajet pour aller de Perth à Melbourne... Il m'a fallu prendre deux trains, faire une halte de 24h à Adelaïde, et rester plus de 3 jours dans les trains.


Tout d'abord l'Indian Pacific. 65h, 4 352 km pour traverser le pays d'ouest en est, de l'océan Indien au Pacifique, rallier Perth à Sydney. Je me suis arrêtée à mi-parcours à Adelaïde.
Indian Pacific, 85km/h en moyenne, 427m de long, des wagons Red, Gold, Platinum et nouveauté un wagon privé ! J'ose même pas imaginer combien ça peut coûter...

le wagon privé
On est donc parti un dimanche midi, j'ai une place côté fenêtre, génial ! Sauf qu'y a pas de fenêtre mais un mur... À côté de moi une allemande sympa, Wiebke. Heureusement, le wagon n'est pas bondé, on trouve une place avec vraie fenêtre, voilà qui est mieux. Première aprèm tranquille, paysages verts, des champs, des arbres, beau coucher de soleil. On stoppe souvent pour laisser passer des trains de marchandises très très très long. 


À 22h30, on a un arrêt de 3h à Kalgoorlie. Sauf qu'on est en retard (à cause des trains de marchandises je suis sûre...), donc c'est à 23h30 qu'on arrive à Kalgoorlie. Je suis claquée mais c'est pas grave! En bus, à la découverte de Kalgoorlie by night, je dois lutter pour rester éveillée. Les rues sont très larges pour que les caravanes de chameaux puissent faire demi-tour (dans le temps jadis). On s'arrête au lookout de la Super Pit Goldmine, mine d'or à ciel ouvert ! Kalgoorlie est une ville peuplée de mineurs et de skimpies, serveuses assez dévêtues.

Super Pit Goldmine
Retour dans le train vers 1h, enfin dormir. Siège confortable, il y a de la place pour les jambes, ça c'est top !
Magnifique lever de soleil sur la Nullarbor Plain. 

lever de soleil
Nullarbor Plain
La plus grande ligne droite du monde, 478 km au milieu de rien. J'aperçois trois red kangourous perdus dans le vide, c'est beau. Les paysages de rien me font penser à la Mongolie parfois. On s'arrête dans des « endroits », la dame nous explique pourquoi dans les hauts-parleurs : « Forrest, 4 habitants, on dépose le courrier et les provisions. » Hallucinant, non ? On a une autre halte ce midi, à Cook, même genre de ville fantôme, il n'y a plus d'hôpital, plus d'école, presque plus d'habitants, juste la « gare » et une boutique souvenirs. Et il fait super chaud !

Cook
Petit à petit, en fin de journée, le paysage change. On aperçoit une chaîne de montagnes au loin, puis les arbres sont de retour, nous avons quitté la Nullarbor Plain.

des montagnes au loin !
Le lendemain matin, le vert, les champs sont de retour. Le froid également... 

campagne aux alentours d'Adelaïde
On débarque à Adelaïde vers 7h30. Je passe la journée, un peu dans le coaltar, à revisiter Adelaïde avec Wiebke. Obligée de retourner chez Cocolat... c'est toujours aussi bon.

Cocolat...
Debout à 5h45 (ça fait juste 4 nuits que j'aimerais dormir plus de 6h), il faut être à la gare 1h avant pour le check-in des bagages (sans déconner, c'est vachement pratique de pas se trimbaler avec ses sacs dans le train!).


Adelaïde-Melbourne, 828km, 10h30 à bord de The Overland, 189m de long (petit train). Juste deux types de wagon. C'est marrant, je retrouve quelques passagers de l'Indian Pacific : la dame aux lunettes bizarres, la hong-kongaise sourde, le gars qui réveillait le ronfleur, l'asiatique à la doudoune, la dame aux chaussures de ski... À côté de moi, il y a le type qui dit pas un mot de tout le voyage et qui boit du vin rouge dans une bouteille de coca (il est interdit de boire de l'alcool sauf si on l'achète dans le train). C'est très vert et jaune, je sais pas ce qu'ils font pousser d'aussi jaune.


J'arrive à Melbourne en fin de journée, dans la nuit noire, le train passe devant le port de marine marchande d'où je suis arrivée et d'où je partirai d'ici quelques semaines. Melbourne enfin ! Et il pleut, quel bel accueil !

belle loco

mercredi 12 septembre 2012

m&m's bleu autrement



Au début, j'ai cru que c'était les mêmes et que je m'étais fait avoir par le "NEW" sur le paquet.


Ils sont en réalité bien différents : plus salés, plus croustillants, plus écœurants. Laissons-les aux américains.

mardi 11 septembre 2012

Enterrez-moi sous le carrelage

Voilà 4 jours que je suis à Perth et je n'ai pas eu une journée de répit. Ah si, peut-être dimanche, jour du seigneur.
La dernière fois que je suis allée chez le coiffeur c'était à Sydney en mars. Après ça, impossible de trouver un putain de coiffeur à moins de 50$ et j'ai pas envie de dépenser autant de thunes pour trois coups de ciseaux. Donc, premier jour à Perth, à la recherche d'un coiffeur pas cher. Je trouve tout de suite. J'entre ; deux coiffeurs, un client. Celui qui ne fait rien a l'air bizarre, je lui expose la situation à l'aide d'une photo, mais il a l'air de bloquer sévère. Même son collègue le trouve étrange et essaye de l'aider :
- Et ben qu'est-ce qu'il y a ?
- Je sais pas si je vais y arriver.
Voilà qui est rassurant. Son collègue l'encourage :
- Voyons la photo, oui ben si c'est facile, c'est comment à l'arrière, on voit pas ?
Et là, il fait genre de tourner la photo ; j'hallucine. J'interviens dans la conversation :
- Oui ben je sais pas comment c'est derrière, c'est court comme devant quoi.
- Ah ben oui, bon ben je peux essayer, on verra bien.
Devant une conclusion pareil, je trouve une porte de sortie :
- J'ai pas de cash sur moi, je vais chercher un distributeur.
Je ne suis jamais revenue. Faut pas déconner oh.
La vieille dame de l'office du tourisme dans la rue m'indique un autre coiffeur pas cher après s'être proposée.
Deuxième coiffeur pas cher, sur la devanture il y a marqué « Ali Baba » et je vois « professionals », me voilà rassurée. Une femme refait une mini-crête à un gars, deux clientes attendent, puis moi. Elle appelle donc du renfort. Un type arrive, peut-être le patron, je lui montre la photo, il a l'air vachement plus assuré, et en avant. Pas de shampoing, pas besoin, il a un vaporisateur. J'avais jamais vu ça, j'ai l'impression d'être une plante. Le type, en 15 min chrono avec interruption de 5 min pour faire payer le punk, il a fait son boulot, incroyable.
Le lendemain matin, me voilà à attendre que la bibliothèque ouvre (internet gratuit!). Un type chelou m'interpelle. J'hésite à l'ignorer (il a vraiment l'air chelou), mais je m'inquiète de mon karma en ce moment alors je lui réponds.
- Tu t'appelles comment ? Tu viens d'où ?
- De France.
- Moi c'est Daniel, je suis canadien. Je t'observe depuis un moment tu sais.
C'est quoi ce délire ? Il continue :
- J'aime beaucoup ta coupe de cheveux.
Salaud d'Ali Baba ! Il continue :
- Pretty tomboy. J'aime les filles aux cheveux courts.
J'aurais dû répondre « moi aussi ». Il continue :
- De toute façon, personne n'aime les filles aux cheveux longs.
J'aurais dû répondre « moi si ». Il continue :
- T'as quel âge ? Moi je suis de 73.
Je le coupe :
- Oh désolée, la bibliothèque ouvre, faut que j'y aille !
- D'accord, à tout à l'heure alors, on se voit à l'intérieur !
Je ne l'ai pas revu, mes techniques de camouflage en milieu hostile sont toujours au point.
Jour du seigneur, je change d'auberge de jeunesse et découvre mon nouveau dortoir mixte de 6 sans fenêtre avec un bordel sans nom par terre.
Perth, 4ème jour. Après une journée à écumer les librairies de Fremantle (4 bouquins, 4!), je passe à la bibliothèque profiter du net gratos. Un gars plus que chelou et qui pue comme c'est pas permis vient occuper l'ordi à côté du mien. Je tente de communiquer avec mon père et ce gars tente de communiquer avec moi. Mais qu'ai-je fait au bon Dieu ?!
- Tu veux voir une video trop cool ?
- Non ça va merci.
- Tu viens d'où ?
- Je suis française.
- Ah c'est pour ça. Vous les européens vous êtes trop malpolis, vous vous sentez supérieurs à nous, ça doit être votre éducation.
- Euh, désolée.
Il s'arrête, je me crois sauvée. Je me trompe.
- Non mais les pires c'est les suisses. Ils contrôlent tout les suisses, le monde entier. Et ils ont des bunkers rempli de nourriture et tout ce qu'il faut. Les suisses ils ont rasé Perth. Ma ville, que mes parents et mes grands-parents ont construite. Et ensuite, les suisses ils ont tout reconstruit mais en moins bien. Je hais les suisses. Il faudrait les atomiser. Parce que eux ils vont détruire le monde.
Pendant ce monologue passionnant, je me contente de quelques « ah ». Je suis quand même en train de discuter avec mon père bordel ! Et lui il me parasite. Puis d'un coup, il s'énerve
- Non mais de toute façon, je sais même pas pourquoi je perds mon temps à discuter avec des abrutis.
Et il se casse. Je respire enfin, il puait sévère.
Il me reste encore 6 jours à Perth, j'ai peur... Je vais songer à éviter la bibliothèque peut-être.



dimanche 9 septembre 2012

Perth

Après mes 5 semaines à Cervantes, je m'en suis allée à Perth. Enfin une ville digne de ce nom ! La dernière, c'était Brisbane, fin mars.
Perth, capitale de l'Australie-Occidentale (Western Australia), 1 500 000 habitants. Des librairies, des comics bookstores ! Le bonheur ! Sauf que je sais plus où j'en suis dans les numéros, ça c'est pas cloolsse... Et Perth est la ville la plus chère d'Australie parce que la plus riche, grâce aux mines. Elles sont pas dans la ville les mines, mais beaucoup un peu partout dans tout l’État. Et puis ils ont de tout : diamants, or et plein d'autres trucs. C'est un peu du gruyère en fait l'Australie Occidentale.

10 jours à Perth, c'est pas mal, parce qu'il y a à faire. Le jardin botanique/parc, Kings Park, est très grand, situé sur une colline surplombant toute la ville, c'est épatant. J'y ai fait une première balade avec Ben rencontré à Kalbarri. Un samedi soir, c'était trop tordant ! Quelques limousines Hummer étaient garés tout le long de la route, portières ouvertes laissant sortir de la musique à 2$, les chauffeurs patientant devant les bagnoles pendant que de jeunes gens sapés de leurs plus beaux habits se prenaient en photos aux lookouts.


Limousine Hummer
La limousine Hummer est sans aucun doute l'invention la plus immonde de la terre. Les australiens se sont dit «les limousines c'est trop la classe. C'est quoi notre voiture préférée ? Les Hummer ! On va inventer les limousines Hummer ça sera encore plus classe.» Sauf que non, c'est trop naz et ringard. Surtout en rose.

Sinon, de jour Kings Park c'est bien aussi, surtout lorsqu'il fait beau (j'aime l'hiver à Perth, c'est un peu le printemps à Toulouse voire l'été en Anjou). De belles fleurs, des lorikeets ces espèces de perroquets colorés, et c'est tellement vaste, on peut y passer la journée sans s'ennuyer. Ils ont même construit une passerelle, on peut marcher à travers les arbres, incredible ! Et puis les vues sur la ville sont vraiment pas mal. En fin d'aprèm, c'est envahi par les joggeurs d'après boulot, y'en a partout partout...


Perth vu de Kings Park
Le Cultural Centre est intéressant, ils ont tout regroupé au même endroit, c'est pratique : le Western Australian Museum, l'Art Gallery, l'Institut d'arts contemporains, la bibliothèque. Grande zone piétonnière avec un écran géant au milieu, c'est sympa. Par contre, on rencontre des gens très bizarre dans cette bibliothèque ; un type m'a expliqué pendant un quart d'heure que les suisses étaient les destructeurs de l'humanité...


Cultural Centre
On peut prendre le ferry aussi à Perth, histoire d'aller à South Perth et de marcher le long de la Swan River où on peut voir des dauphins et des pélicans !
Le truc le plus mieux à Perth, c'est que tous les bus du centre ville sont gratuits, en plus ils s'appellent CAT et il y a un chat dessiné dessus pour pas qu'on les loupe. À Perth, il y a donc des chats-bus, comme dans «Mon voisin Totoro», c'est extraordinaire !
Évidemment, il y a des plages. Jacqui, rencontrée également à Kalbarri, m'y a emmenée en voiture. Très belles plages, mais bon pas tellement envie de me baigner : eau froide, très forts courants, probables requins... mais sinon pour marcher c'était bien aussi !


La plage
Fremantle
À côté de Perth, à 19km au sud, se trouve Fremantle, Freo pour les intimes. Petite ville fort sympathique en bord de mer, port de Perth, l'endroit parfait pour manger un fish and chips en compagnie des mouettes. Par contre, je ne sais pas comment ils ont eu l'idée de créer la glace goût fish and chips, que je n'ai pas goûtée, il y a des limites à ne pas franchir. À Fremantle, il y a de beaux vieux bâtiments, des églises, un jeu d'échec géant et beaucoup de librairies, surtout d'occasion, j'ai eu beaucoup de mal à résister. D'ailleurs j'ai pas pu. C'est terrible... Truc de ouf, à Fremantle se trouve la seule librairie française d'Australie ! J'y suis allée évidemment, elle est trop bien, mais je n'ai pas acheté de bouquins parce que ça coûte super cher : il y a pas le prix unique du livre là-bas, et les frais de port, les taxes australiennes se répercutent sur le prix qui devient donc astronomique. Mais sinon les libraires françaises étaient très sympas ! Et je dois avouer que j'étais totalement paumée dans les nouveautés...

mardi 4 septembre 2012

m&m's Mint

Un post sur les m&m's, formidable, ça faisait longtemps !


Ben voilà quoi, des m&m's à la menthe, devinez quoi ? Ils ont goût de menthe. Et moi j'aime pas la menthe. Mais sinon ça doit être bon pour ceux qui aime la menthe.
Deux couleurs de m&m's : vert et vert

vert et vert